01 84 16 25 56
fermer popup x Joséphine

Bonjour, je réponds tout de suite à vos questions

disponibilité

Cherche manager désespérément

cherche manager desesperement
Le statut cadre ne fait plus rêver. Les jeunes diplômés ne veulent plus être chef. Près de la moitié des salariés ne veulent pas devenir manager, selon l'APEC (Association Pour l'Emploi des Cadres). Quelles sont les causes du malaise ? Comment les DRH peuvent-elles susciter les vocations de manager ?

Pourquoi les salariés ne veulent plus devenir cadres ?


D'abord parce que leur position s'est dégradée au sein de l'entreprise. Pris entre la direction et la base, les managers intermédiaires doivent faire appliquer des décisions qu'ils ne comprennent pas toujours. Leur rôle relationnel d'encadrement d'équipe s'est réduit, au profit de tâches plus administratives. Les cadres sont ainsi les instruments de la gestionnarisation de l'entreprise, passant de plus en plus temps en réunions ou à rédiger des rapports statistiques.

Ce sont aussi eux qui travaillent le plus : 1 870 heures par en moyenne pour les cadres, contre 1 610 heures pour les employés et les ouvriers, selon les enquêtes Emploi de l'INSEE. Le cadre, dévoué, stressé et connecté en permanence, ne fait plus rêver la génération Y.

Comment donner envie aux jeunes de manager ?


D'abord en changeant l'image qu'ils ont du manager. Nathalie Bosse, auteur de l'enquête Devenir cadre, une perspective pas toujours attrayante publiée par le CEREQ (Centre d'Etudes et de Recherches sur les Qualifications) en avril 2012, relève que les non-cadres ont une vision très floue du rôle des cadres, vision  qui se base plus sur des représentations que sur des réalités.

Il s'agit donc de clarifier le rôle des managers, en précisant leur profil de poste ou en mettant en place des chartes de management plus responsable. Ces dernières peuvent ainsi interdire les réunions après 17 h ou d'envoyer des e-mails le week-end.

Les DRH (Directions des Ressources Humaines) ont intérêt à détecter au plus tôt les hauts potentiels, afin de chouchouter les jeunes diplômés qui montrent de l'ambition ou des qualités de leadership. Sans oublier de les accompagner lors de leurs premiers pas de manager, par des formations adéquates ou un tutorat par un cadre senior.

Et vous, constatez-vous ce même rejet des responsabilités de  manager ?

Anne Durand
Recevez la newsletter du Team Building Magazine par e-mail !